February 7, 2013

finasserie

catherine @ 12:55 am

Voilà comment on fait pour ne pas répondre à une question légitime et sérieuse.

L’office de consultation publique de Montréal a tenu récemment des audiences dans le cadre de la campagne “Faire du neuf avec le Vieux“, qui vise à recueillir mémoires et commentaires des montréalaises et montréalais sur l’avenir du Vieux-Montréal. Les audiences ont été filmées et les vidéos ont été mises en ligne ce qui m’a donné la chance de prendre connaissance, de chez moi, des préoccupations apportées lors de cette opération de consultation.

Lors de la dernière audience, le 29 janvier dernier, un représentant de l’organisation Moelle épinière et motricité Québec (MEMO-Qc) a mis de l’avant la question complexe de l’accessibilité architecturale. Quiconque a des limitations motrices, même mineures, peut témoigner du peu d’accessibilité de cet arrondissement à caractère historique.

Or, en visionnant l’extrait où le réprésentant de MEMO-Qc est intervenu (05:47m-16:05m approx), on constate que les gens interpellées ont maîtrisé l’art de la tergiversation. En effet, on a déployé des efforts considérables pour ne pas répondre aux préoccupations clairement exprimées au sujet des entraves que la protection du patrimoine historique représente souvent en matière d’accès et d’utilisation d’un arrondissement complet ou presque pour une partie importante de la population. Grosso modo :

  1. Le gars de la ville a esquivé la question en parlant des ascenseurs dans le métro Champ-de-mars;
  2. L’architecte du ministère a esquivé la question en expliquant que si on lui présentait des projets avec l’accessibilité, ce serait sûrement une bonne idée et elle est ensuite allée jusqu’à suggérer que c’est au promoteur de le proposer afin de voir au respect de ce droit civil. C’est une architecte ministérielle ou une patenteuse de petits villages légo?;
  3. Le promoteur a esquivé la question en affirmant sans vergogne que ça fait juste 10 ans que l’accessibilité architecturale est une préoccupation en architecture et s’est ensuite plaint qu’on n’était pas gentil avec lui et qu’on le traînait pratiquement en justice au lieu de proposer des solutions (alors que des solutions sont proposées et des compromis sont acceptés depuis presque 40 ans dans divers endroits au monde).

On peut comprendre que ce n’est pas une question facile. Mais on est quand-même en 2013. Il faudrait arrêter de nous prendre pour des cons et de nous répondre n’importe quoi.

#vieux-mtl #handicap #a11y #complaisance

June 30, 2012

a11y mapping party : success :)

catherine @ 5:48 pm

Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate

Première collecte de données sur l’accessibilité de la Plaza Saint-Hubert : un grand succès pour l’initiative Montréal Accessible !

Montréal, le 30 juin 2012 – Une trentaine d’individus étaient au rendez-vous aujourd’hui pour la première activité de collecte de données sur l’accessibilité pour le projet Montréal Accessible. Cette activité a permis de répertorier le niveau d’accessibilité pour les personnes handicapées et à mobilité réduite de plus de 150 commerces et établissements publics situés sur la Plaza Saint-Hubert.

Les participants, de tous horizons (personnes handicapées ou à mobilité réduite, développeurs logiciels, experts en données ouvertes et citoyens concernés), ont passé l’après-midi à visiter les divers restaurants, boutiques et autres commerces sur la Plaza afin d’en évaluer l’accessibilité et de sensibiliser les propriétaires aux avantages socioéconomiques d’assurer l’accessibilité des lieux. En fin d’après-midi, ils ont été récompensés en allant prendre un verre sur une terrasse accessible de la Plaza, au bar Le petit medley.

« Nous sommes très satisfaits des résultats de cette journée », explique Catherine Roy, coordonnatrice de l’initiative Montréal Accessible. « Le tout s’est fait dans un esprit de convivialité et de collaboration et a permis de récolter des données très utiles sur le niveau d’accessibilité d’un patrimoine urbain important. Nous avons très hâte de partager ces données avec l’ensemble de la communauté montréalaise. »

Montréal Accessible souhaite remercier chaleureusement les nombreux participants qui ont contribué au succès de cette activité. Un grand merci aussi à Madame Jocelyn-Ann Campbell, conseillère de la ville, district de Saint-Sulpice, et responsable de la politique d’accessibilité universelle de la Ville de Montréal pour sa participation. Et finalement, merci également à la Société de développement commerciale de la Plaza Saint-Hubert pour leur collaboration.

À propos de Montréal Accessible

Montréal Accessible est une initiative conjointe entre le Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec, Montréal Ouvert et Nord Ouvert. Cette initiative vise à mettre les développements en matière de données ouvertes au service des personnes handicapées et à mobilité réduite. Son objectif : à l’aide des données ouvertes et du crowdsourcing, collaborer à l’information disponible sur l’accessibilité architecturale de l’espace collectif.

-30-

Source :

Catherine Roy
ecrire at catherine-roy dot net
Montréal Accessible

Cross-posted at:

Montréal Ouvert
RAPLIQ

June 29, 2012

a11y mapping party

catherine @ 4:08 pm

Communiqué
Pour diffusion immédiate

Montréal Accessible tient sa première activité de collecte de données sur la Plaza Saint-Hubert

Montréal, 29 juin 2012 – Une trentaine de personnes seront au rendez-vous demain midi, Place Hector-Prudomme, pour donner le coup d’envoi à la première activité de collecte de données sur l’accessibilité pour le projet Montréal Accessible. Cette activité permettra de répertorier le niveau d’accessibilité pour les personnes handicapées et à mobilité réduite des divers commerces situés sur la Plaza Saint-Hubert.

S’inspirant de certaines initiatives mises de l’avant en Europe et en Amérique du Nord, Montréal Accessible est une initiative conjointe entre le Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec, Montréal Ouvert et Nord Ouvert. Cette initiative vise à mettre les développements en matière de données ouvertes au service des personnes handicapées et à mobilité réduite. Son objectif : à l’aide des données ouvertes et du crowdsourcing, collaborer à l’information disponible sur l’accessibilité architecturale de l’espace collectif.

« Nous sommes très fiers d’être un partenaire de ce projet qui présente une initiative certaine pour les citoyens de Montréal », explique Jean-Noé Landry, porte-parole de Montréal Ouvert. « Les données ouvertes s’avèrent un moteur puissant d’appropriation citoyenne et il est plus que temps d’en faire profiter un segment de la population qui peut grandement en bénéficier. »

Montréal Accessible souhaite tirer parti des données déjà récoltées en collaboration avec la Ville de Montréal et certains arrondissements lors des Journées de l’accessibilité, une activité organisée par le Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec (RAPLIQ), et étendre la cueillette d’informations via les citoyens handicapés et tout autre personne intéressée par l’accessibilité architecturale.

« C’est un plaisir pour le RAPLIQ de s’associer à cette démarche et de contribuer à une initiative qui peut avoir des impacts significatifs pour la communauté des personnes handicapées », renchérit Linda Gauthier, présidente du RAPLIQ. « Montréal Accessible, c’est vraiment possible ! »

Pour plus d’informations : http://journeedaccessibilite.eventbrite.com/

-30-

Source :
Catherine Roy
ecrire at catherine-roy dot net
Montréal Accessible

April 29, 2012

if you build it, they will come: making co-working spaces accessible

catherine @ 11:03 pm

Co-working spaces are becoming increasingly popular all over the world, as this recent Globe & Mail article explains. Montreal has certainly been one of the pioneers in this growing trend, with the opening of its first co-working space in 2007, Station C, and more popping up since.

Co-working spaces are a great way for freelancers or small firms to have access to office space or office equipment with less administrative hassle, or a place to hold meetings or events. I have attended events in a couple of these spaces over the years, most notably at Notman House, the heritage building on Sherbrooke street near Saint-Laurent. Notman House is a beautiful old run-down building and, like other co-working spaces, a lot of geeks hold hackfests there and some IT orgs like to hold meetings there because, well, it is usually free as in beer (or at least more affordable than the alternatives).

Continue reading if you build it, they will come: making co-working spaces accessible

January 28, 2012

sign of the times

catherine @ 7:02 pm

An old black and white photo depicting a man pulling the skin beneath his right eye downward with his index finger.

I have recently been exploring signed videos of popular music. Although I had stumbled upon a few here and there, it was only after I saw this signed version of Marilyn Manson’s “This Is The New Shit” that I started to get really excited. That it really sunk in that signed versions of songs can make the results original artistic works in their own right.

Here is a story on ABC World News about a young interpreter who started signing songs for a deaf friend and who, when this news item was originally posted, had had over 15000 visitors to her youtube channel.

And here is an old post on the phenomenon with a round up of some more examples, some quite awesome, some not. This post also introduces us to Jade Films and Entertainment, a production company run by a deaf woman who has produced quite a bit of these signed videos (check out her youtube channel).

Continue reading sign of the times

January 17, 2012

drive

catherine @ 9:26 am
A photo of me clutching the steering wheel of a car.
(…) drive a photo by zaziepoo on Flickr.

It has been a little more than six months now that I have been driving full-time. I have said this before, being able to drive has changed my life. Going wherever and whenever I want to go is something most people take for granted. But when you are a person with disabilities, it makes all the difference in the world.

I can probably not convey the joy I feel at the idea of being able to just pick up and go. Having spent, up until a few years ago, a significant part of my life in a wheelchair or using some sort of mobility aid that made using regular transit services very difficult if not at times impossible, and getting my drivers’ license only this past summer (because the idea of driving before that was not fathomable nor encouraged), just taking off actually required a lot of forethought and planning.

Continue reading drive

November 3, 2011

demain, le Web sera plus humain

catherine @ 12:19 am

cœur improvisé

Le 31 octobre 2011, j’ai eu le plaisir (et légèrement le trac) de contribuer une conférence dans le cadre de l’événement Web-In, organisé par l’Alliance numérique et tenu lors du méga-événement Montréal Digital à l’hôtel Hilton Bonaventure, rien de moins. Je dis plaisir car ce fut réellement agréable de revoir des gens que je n’avais vu depuis un petit (ou grand) moment et de rencontrer de nouvelles personnes intéressantes. C’était agréable aussi de présenter quelque chose de différent. Pas juste les propos habituels qu’on entend tout le temps et qui finissent parfois par sembler dénués d’un rapport avec la réalité des gens.

Le trac aussi parce que justement, c’était un événement inhabituel m’invitant à sortir un peu des sentiers battus. M’invitant à oser. Alors j’ai choisi de ramener la personne au cœur de tout ça, de la rendre réelle et humaine auprès des gens, de lui donner une voix. J’ai choisi de prendre une approche un peu plus personnelle à un sujet qui me semble devenu plutôt drabe et banal dans la bouche de soi-disants « experts » et « évangélistes »… J’ai osé essayer de raconter l’histoire d’une cause et de cinq individus qui ont choisi de me confier leurs expériences.

Évidemment, avec la limite de temps pour les conférences (dix minutes), le fait que je ne suis pas vidéaste professionnelle (ça se voit et ça s’entend aussi ;), que j’ai filmé le tout avec un vieil appareil photo numérique qui traîne dans le fond de mon sac-à-main depuis trois ans, sans compter que j’ai dû apprendre à utiliser en catastrophe un logiciel de montage vidéo à peine une dizaine de jours avant l’échéance, on ne peut s’attendre à des miracles. Mais pour emprunter d’une expression anglaise, « the medium is not the message. The message is the message ».

Je tiens à remercier les organisateurs du Web-In et particulièrement Josée Plamondon, qui avec son élégance et sa grâce habituelles, m’a accueillie chaleureusement au Web-In dès le premier instant de cette démarche. Un grand merci aussi à Laurence Parent, qui croulant sous ses nombreux travaux de PhD, a pris le temps de m’apprendre à utiliser le logiciel de montage et m’a donné un grand coup de main pour le montage final.

Enfin, un merci tout spécial aux cinq participants de la vidéo : Alain Elmaleh, coordonnateur du Centre Alpha-Sourd; Deborah Kennard, présidente de Vie Autonome Montréal métropolitain; Mireille Manavella et Gérald Miller, respectivement agente de développement et directeur général du Regroupement des aveugles et amblyopes du Québec; et Laurence Parent, vice-présidente du Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec. Votre histoire, comme l’histoire de tous ceux et toutes celles qui font partie de notre communauté, est importante, essentielle même pour nous rappeler l’humain dans une société de plus en plus branchée et déconnectée à la fois.

Voici donc le texte de ma présentation pour le Web-in ainsi qu’un lien vers la vidéo (version avec sous-titres) que j’y ai présentée.

Ça fait plus de vingt ans que je travaille à l’amélioration des conditions de vie des personnes handicapées. Il y a douze ans, j’ai commencé à m’intéresser à la question des technologies de l’information et comment celles-ci peuvent contribuer à l’inclusion et à la participation sociale des personnes handicapées.

Et depuis, je passe beaucoup de temps à essayer de convaincre les gens, que ce soit les entreprises, les webmestres, développeurs et autres joueurs de l’industrie techno, les gouvernements, même des organismes à vocation sociale, du potentiel extraordinaire que représente les technologies, le Web, pour les personnes handicapées. Et à quel point des gestes, souvent très simples et même parfois très peu couteux, peuvent carrément changer des vies.

Alors, je pourrais faire comme d’habitude. Je pourrais vous parler d’un contexte politique et juridique qui nous mène inexorablement vers des obligations en matière d’accessibilité qui seront de plus en plus incontournables. Même ici au Québec, avec la Charte québécoise des droits et libertés de la personne (que les personnes handicapées reluquent de plus en plus), d’autres politiques et règlementations et tout récemment, le nouveau standard sur l’accessibilité des sites Web du gouvernement du Québec.

Je pourrais vous parler aussi d’un monde de plus en plus malmené. D’un environnement qui, au fil des guerres, des désastres naturels ou non, du vieillissement des populations et des excès sans égard au lendemain, cède la place à une société ayant de plus en plus de limitations et d’incapacités. En moyenne, entre 10% et 25% de la population, que ce soit ici ou ailleurs. Plus de 750 million de personnes handicapées à travers le monde aujourd’hui. Une masse critique en devenir. Un marché à croissance exponentielle et grandement sous-exploité. Mais ça, ça serait pas mal « downer »…

Alors je pourrais plutôt vous parler de bénéfices secondaires de l’accessibilité. Meilleur « ranking », meilleure performance, meilleure maintenance, meilleure mobilité, meilleures pratiques de développement… Mais la majorité d’entre vous sait déjà tout ça.

Je pourrais vous parler également du caractère novateur de l’accessibilité. Que nous, les personnes handicapées, avons été parmi les premières à expérimenter des technologies que vous prenez maintenant pour acquis, de la technologie GPS à la reconnaissance vocale au contrôle de l’environnement, etc. Que nos situations de handicap continuent à être une source intarissable pour votre créativité…

Mais non, aujourd’hui, je vais mettre de côté ces propos d’experts qu’on finit souvent par ne plus entendre et je vais vous inviter à écouter. À écouter des membres de ma communauté vous dire pourquoi l’inclusion numérique n’est pas optionnelle pour une société comme la nôtre, qui se veut ouverte, tolérante et juste.

Une version avec description des titres est également disponible sur la même chaîne et une version sans adaptation le sera prochainement. Ces vidéos sont diffusées sous licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transcrit (CC BY-NC-ND 3.0).

PS. Une vidéo de ma conférence présentant cette vidéo au Web-In est aussi disponible (les trois premières minutes environ où l’on peut constater ma grande nervosité ;)

May 16, 2011

“no one ever asks us for accessibility”

catherine @ 12:28 am

I recently sat in on a meeting between a local non-profit organization for people with disabilities and a Montreal Web development firm. The non-profit, who shall remain nameless, had asked me to attend the meeting because they felt overwhelmed and worried about negotiating this kind of contract while having next to no knowledge about Web development.

Too often in the past I have been told by organizations in my milieu that they did not get what they paid for, i.e. at minimum, an accessible Web site and at most, this includes the necessary tools to be autonomous and to be able to produce accessible content. And considering the budget constraints a lot of these orgs have and the fact that not having an accessible Web site is not really an option, it is indeed a problem. So I am regularly called upon to support disability community organizations on Web accessibility matters, to advise them about accessibility and Web standards or to accompany them through the development cycle (and just in case you are wondering, I am usually not paid for these consultations but that is another story ;)

This meeting was fairly predictable. The non-profit wanted a nice looking Web site that was accessible to their members, who have a variety of accessibility needs. One of the representatives of the non-profit had done a bit of homework and was able to say they wanted a “W3C compliant Web site” and although she had no idea what that really meant, she was certain it meant accessible to people with disabilities. And, like many people who are in her situation, she was expecting the people at the Web development firm to know what that means and that is a reasonable expectation since the firm submitted to a disability organization notably with the affirmation that they were “W3C compliant”.

Continue reading “no one ever asks us for accessibility”

April 2, 2011

between the lines

catherine @ 9:48 pm

Update: Universal Subtitles now goes by the name of Amara. However, the links to the website contained in the following post are still functional. (2013/02/06)

A little while ago, I captioned a video at Universal Subtitles, an outreach video about reserved parking for people with disabilities (in French). The video calls people out on not respecting handicap parking spaces and dispells some myths (eek!, did I really say that?) about the real consequences of not considering why these things are the way they are.

And actually, I started this project before Christmas but got sidetracked and it took me several, euh, I was going to say weeks but I guess it is months… So anyway, it took me a few months to find time to do this. Because the truth is that you really need to set aside some time for this activity, however you want to categorize it. I mean, unless you are a professional captioner, this will take some time. Have I repeated that enough for you? Have I? Because this project took me several hours. I had to learn the system, revise the document and then had to actually hunker down and do the transcription, synchronization, revision, stressing out on details, etc.

Continue reading between the lines

February 28, 2011

amended judgment in the Jodhan case

catherine @ 3:24 am

Disclaimer: Any views expressed in the following article are my own and, as far as I know, do not necessarily reflect the views of the organizations I am affiliated with.

If you blinked, you may have missed the amended judgment in the Jodhan case, rendered February 09 2011 following the Government of Canada’s motion for reconsideration filed last December. That motion came shortly after the initial ruling in the case which awarded victory to Ms. Donna Jodhan, a blind woman who sued the government for the lack of accessibility of federal government websites.

The November 29 2010 ruling stipulated, among other things, that the Government of Canada had indeed violated Ms. Jodhan’s Charter rights by failing to monitor the application of its own web standards, the Common Look and Feel standards (CLF), which contain a number of accessibility requirements to ensure “equitable access to all content on Government of Canada websites“. The ruling also declared that the government has a constitutional obligation to bring itself into compliance with the Charter within 15 months.

Continue reading amended judgment in the Jodhan case

link rel=