Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/cather20/public_html/blog/wp-includes/cache.php on line 36

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/cather20/public_html/blog/wp-includes/query.php on line 21

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/cather20/public_html/blog/wp-includes/theme.php on line 540
l’azile » poetry

September 28, 2012

never again the same

catherine @ 2:42 pm

Speaking of sunsets,
last night’s was shocking.
I mean, sunsets aren’t supposed to frighten you, are
they?
Well, this one was terrifying.
People were screaming in the streets.
Sure, it was beautiful, but far too beautiful.
It wasn’t natural.
One climax followed another and then another
until your knees went weak
and you couldn’t breathe.
The colors were definitely not of this world,
peaches dripping opium,
pandemonium of tangerines,
inferno of irises,
Plutonian emeralds,
all swirling and churning, swabbing,
like it was playing with us,
like we were nothing,
as if our whole lives were a preparation for this,
this for which nothing could have prepared us
and for which we could not have been less prepared.
The mockery of it all stung us bitterly.
And when it was finally over
we whimpered and cried and howled.
And then the streetlights came on as always
and we looked into one another’s eyes–
ancient caves with still pools
and those little transparent fish
who have never seen even one ray of light.
And the calm that returned to us
was not even our own.

James Tate, The Eternal Ones of the Dream

Filed under: poetry, poésie, stuff
July 15, 2012

deeper

catherine @ 8:27 pm

Il la lui versa dans l’oreille, cette idée

de lui sur le dessus, ralentissant le temps
pour la pénêtrer, la convaincant
que tout allait rester entre eux,
avec son dos à lui à l’air
et ses fesses à elle sur le matelas,
leurs mouvements enveloppés par
l’odeur d’amour et d’assouplissant.

Elle le voulait derrière elle, une position
de confiance, repoussant les soupçons
de ce qu’il pourrait faire derrière son dos
et avec quelle facilité il pourrait cacher
à qui d’autre il pouvait penser.

Mais il ne voulait pas regarder au-delà de son épaule,

il voulait habiter son regard,
bougeant ses hanches lentement
dans le sens
des aiguilles d’une montre,

pour faire tomber en ruines
l’expression froide, comme de la pierre, de ce visage.
Elle s’était donnée cette contenance

depuis le premier jour qu’ils s’étaient rencontrés,
après qu’un amant ait refusé de rester à l’intérieur d’elle
et qu’un autre ait été si indécis, qu’elle avait été forcée
de surmonter le problème et de dominer.

Mais plus jamais.

Et elle pleura parce qu’il avait fait tout
ce qu’il avait dit qu’il lui ferait
mais quand il eut fini, il resta.

Traduction du poème « Deeper » de Quentin Huff.

Filed under: poetry, poésie
October 15, 2011

le bonheur c’est aujourd’hui

catherine @ 9:49 pm

The scenery rushing by the train window.

Le bonheur est ici, partout il me suit…

Le bonheur c’est le soleil d’hiver sur des planchers frileux.
Et celui d’été dans mon jardin heureux.

Le bonheur c’est une soirée entre amis qui s’étire jusqu’au lendemain midi…
Les rires tard dans la nuit, et le café du matin devant des têtes encore endormies.

Le bonheur c’est une journée sans rien, un ciel sans fin…

Le bonheur c’est quand le coeur de ceux que j’aime est bien au chaud.
Le bonheur c’est la voix qui me rassure quand la vie en demande trop.

De demain je ne sais rien et d’hier, j’ai déjà tout oublié…
Le bonheur c’est aujourd’hui et une sieste l’après-midi !

Je vais courir chaque seconde et boire tout l’eau du désert.
Je vais parcourir le monde et gravir les peurs de mon père…

Je vais aimer jusqu’à m’abandonner et crier bras ouverts toutes les misères de la terre.
Je vais voir en moi jaillir avec émoi tous les désirs, et connaître les plaisirs des sentiers moins fréquentés…

Jamais je n’arrêterai de respirer mon aujourd’hui car inspirer c’est m’inspirer, et expirer c’est exprimer tous les bonheurs de ma vie.

- Denis Meunier

link rel=