April 21, 2012

inacceptable

catherine @ 2:38 pm

Le nom et les coordonnées de la personne à qui s’adresse ce texte ont été supprimés car je ne suis pas intéressée à humilier publiquement les gens mais plutôt à faire connaître mon opinion et, je l’espère, faire réfléchir.

Madame,

C’est avec consternation que j’ai pris connaissance de votre message (cité ci-après) visant à recruter des personnes handicapées pour un projet de photographie.

Consternation car vous avez réussi, en à peine 200 mots, à bourrer ce message de pratiquement tous les clichés possibles sur le handicap et à reproduire parfaitement l’ableism qui imprègne notre société dite moderne. Comment expliquer autrement des propos qui se rabattent sans originalité sur des idées reçues faisant l’éloge de notre courage, notre détermination, les épreuves à affronter, etc. Mais surtout, comment sinon expliquer ce petit bijou :

« L’aspect le plus important dans ce projet, c’est de voir l’acception de votre situation. »

Je ne sais pas si je peux arriver à vous faire comprendre à quel point cela est inapproprié, inacceptable même. Qu’un commentaire comme ça reflète une vision débordant de préjugés sur les personnes qui font partie de ma communauté. Dans cette seule phrase, vous perpétuez le stéréotype qu’un handicap doit être un fardeau à accepter, vous refusez d’emblée la proposition qu’il puisse simplement être.

Continue reading inacceptable

February 7, 2009

attachez-nous, tant qu’à y être

catherine @ 7:34 pm

Comme d’habitude, je suis en retard pour le party puisque je n’ai appris la nouvelle qu’hier : la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) oblige, depuis juillet 2008, les fabricants de fauteuils roulants motorisés à limiter la vitesse des « véhicules » à 10 km/h. Sans doute le fait que je n’utilise plus de fauteuil roulant motorisé depuis quelques années maintenant, sans compter que mon ignorance des actualités locales est légendaire, y est pour quelque chose. Mais bon, maintenant que je le sais, je dois dénoncer haut et fort cette mesure scandaleuse.

Déjà qu’on qualifie un fauteuil roulant de « véhicule » pose problème. Un moyen de locomotion, certes, mais pas du tout dans la même veine que des autos, motos, vélos, etc. Certains compareront un fauteuil roulant à des jambes ce qui se rapproche un peu plus de la réalité mais encore là, je trouve que l’analogie est pauvre. Simplement, cela représente un moyen pour certaines personnes handicapées de se déplacer, de bénéficier de plus d’autonomie et il n’y a vraiment rien qui puisse s’y comparer.

Certains groupes de personnes handicapées ont dénoncé cette mesure; il paraît qu’il y en a qui seraient même prêts à interpeller la Commission des droits de la personne s’il le faut et je leur souhaite merde. Mais la réalité est que la communauté est partagée. Sans doute le fait que la plupart des gens qui travaille dans le milieu et qui représente les intérêts des personnes handicapées n’est pas handicapé y est pour quelque chose…

Je ne me lancerai pas dans des longs argumentaires parce que, de toute manière, les chialeurs à l’origine de cette mesure discriminatoire s’en foutent et j’ai d’autre chose à faire que de perdre mon temps à essayer de convaincre des gens qui ne pigent pas. Mais je me permettrai de dire « tassez-vous calice au lieu de rester plantés là à nous dévisager ou à vous imaginer que vous êtes tout seul sur la planète ». Déjà ça, ça règlerait bien des problèmes.

Mais bon, si on se permet de limiter la vitesse à laquelle on peut se déplacer en fauteuil roulant, eh bien moi j’exige qu’on oblige les fabricants de vélos, skates, patin à roulettes et compagnie de limiter leur vitesse à 10 km/h. Car après tout, tout compte fait, ces « véhicules » sont beaucoup plus nuisibles à la santé de tous ces pauvres bipèdes.

Comme on dit en anglais, « fair is fair ».

PS. traduction googlienne de « tassez-vous calice »  : « pack your chalice ». Trop mourant.

PS2. Un article sur la question sur le blogue de Parole Citoyenne signé par Pierrot Péladeau qui explique infiniment mieux que moi la sournoise gravité de ce geste.

January 13, 2009

« un traitement VIP quotidien… avec une touche d’amour* »

catherine @ 12:17 am

Ce matin, le tintement de mon téléphone mobile m’a réveillée et ce, trop tôt à mon goût. Il me restait encore 25 délicieuses minutes de sommeil avant que je doive quitter la douce chaleur de mes couvertures en cette matinée hivernale. Les yeux encore gommés, je m’emparai donc de l’appareil pour voir qui pourrait me déranger à cette heure. Un message texte. Je récupère le message et il dit :

Excellent! Nous avons eu ton paiement mensuel et tout est parfait! Ciao,
Virgin Mobile

Je dois avouer que j’étais plutôt agacée. Ce n’est pas tellement l’heure qu’on a choisie pour m’envoyer ce message qui m’a le plus exaspérée, ni même qu’on me fasse perdre mon temps avec une évidence pareille. Non, ce qui m’a hallucinée c’est le ton familier de ce message.

Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas du genre à trop m’enfarger dans les fleurs du tapis. Le décorum, bien qu’ayant sa place et ses moments, prend parfois un aspect démesuré et dans bien des cas, il est préférable de jouer « straight » selon moi, de dire les choses avec respect, oui, mais sans « téter ».

Mais il y a quand-même des limites. Virgin semblent s’adresser à tous ses clients comme si nous étions tous des ados de 15 ans. Chaque fois que je prends mes messages, la nana automatisée me tutoie d’un ton péremptoire ! Et cet accusé de réception, dans lequel non seulement on ne me remercie pas pour le paiement mais qu’en plus, on termine avec un « Ciao! », comme si on venait de se quitter à la sortie d’un café ou d’un bar. Non mais, quand-même.

Bien que, même à mon âge, ça me fasse toujours « stepper » de me faire appeler « Madame », bien que je sois franco-ontarienne et donc, le « vous » fut l’objet de plusieurs années d’apprentissage lorsque je suis atterrie au Québec il y a euh, bien longtemps, j’estime tout de même que dans un contexte professionnel, il y a un langage et un ton à adopter avec ses clients, surtout lorsqu’on ne sait pas trop à qui on s’adresse et que, clairement, notre auditoire est vaste et forcément varié. Pour en avoir parlé à d’autres, je constate que je ne suis pas la seule à être pour le moins médusée par cette approche de ce fournisseur inévitablement grand public.

Mais bon, c’est peut-être ça qu’ils veulent dire quand ils nous font la promesse « Nous vous amusons quand vous vous y en attendez le moins » ?

La « Madame » est plus ou moins amusée.

* Charte des droits du client

Filed under: rant
December 22, 2007

foiled by the STM’s Paratransit service yet again

catherine @ 6:56 pm

I know I have already written about the STM’s crappy service when it comes to Paratransit and I might be tempted to apologise to my handful of readers because really, this is not what I want this blog to be about. But yesterday was an all time record in corporate stupidity and utter lack of consideration for those of us who rely on this service to get around the city.

So, yesterday morning, I wait and wait for the gawd-damn taxi or minibus or whatever it was supposed to be to show up. After a half hour (which is the requisite time I am expected to wait before contacting them to ask “where is the transport?”), I call. After waiting on the line for about 10 minutes, I am told unceremoniously that my reservation has been cancelled. Just. Like. That.

Needless to say that I was quite pissed off. I mean, wtf?! But I did not have time to debate it with the woman on the phone nor to ask the reason for this decision as I was going to be late for a meeting. So I did the only thing I could do and called a taxi and high-tailed it to the office, arriving 10 minutes late for my meeting, pissed off and stressed out. Thankfully, the guy I was meeting with was really nice and understanding, not to mention hilarious, and we had a really fun and productive meeting so at least that was something.

Continue reading foiled by the STM’s Paratransit service yet again

November 30, 2007

cordonnier mal chaussé

catherine @ 9:20 pm

Question : Vous embauchez un plombier pour faire des travaux chez-vous. Vous vous entendez sur un taux-horaire et sur le moment où il passera pour effectuer ces travaux. Trois jours ouvrables avant le rendez-vous, il vous rappelle pour confirmer et en passant comme ça, il vous informe que vous devez lui fournir ses outils. Vous trouvez ça normal ? Moi non plus.

Eh bien, la Coopérative de solidarité Novaide, une entreprise d’économie sociale qui œuvre dans le secteur des travaux ménagers, trouve ça tout à fait normal et, vu le monopole qu’elle exerce dans plusieurs quartiers de la ville de Montréal, on peut dire qu’elle est morte de rire.

Continue reading cordonnier mal chaussé

Filed under: ironie, irony, rant
June 15, 2007

mini-buses trying to disguise themselves as surveillance vehicles

catherine @ 4:14 pm

As a wheelchair user, naturally I use the Montreal Paratransit Service of the Société de transport de Montréal to travel to and from places that are just too far to get to using my own power or that of my power wheelchair. I have been using this service for almost 20 years now and it has often been the bane of my existence, to the point that I have always tried to find apartments that were close to work and to all the goods and services that I am likely to need on a regular basis. Unfortunately, there are times when I need to use adapted transit services as I do not drive and after all, Montreal is a big place.

I often get remarks from non-disabled people concerning adapted transit that eloquently reflects how clueless people are regarding this service. Things like: “Oh, you are so lucky, you get door to door transportation, like a limo service” or “There may be a few hassles once in a while but at least it is free, right?” or “Ok, maybe you have to pay a fare like us but it is far below the real cost of the service you get”, etc., etc.

Continue reading mini-buses trying to disguise themselves as surveillance vehicles

October 24, 2006

phoning it in

catherine @ 2:41 pm

This expression has always amused me in its conceptual representation and I find it unfortunate that it can not be directly translated into French. I have never been amused however by what it stands for.

It has now been almost a month since I had my hip surgery and while convalescence has been challenging at times, in the last week or so, I think that things have indeed gotten better. The pain is much more manageable and the long incision left from the surgery is for the most part healed. In principle, in a couple of weeks, I should be able to start rehab.

Continue reading phoning it in

September 3, 2006

on a wing and a prayer

catherine @ 12:50 pm

I came across this article (edit: no longer available) the other day in the online edition of the Toronto Star about the impact of new flying restrictions on persons with disabilities. I kind of figured that this latest modern-day obsession would just make things even more complicated for those who already have to put up with more than enough weirdness and frustration when travelling.

I have not flown much; a few times to Los Angeles for the CSUN conference and twice last year to Winnipeg and Tunis for conferences related to the Word Summit on the Information Society (WSIS). These last two trips could not have been more different. When I flew to Winnipeg, I was walking with the help of an artificial leg. However, while travelling to Tunisia six months later, I ended up having to use my motorised wheelchair due to health problems.

Continue reading on a wing and a prayer

Filed under: disability, flying, rant
link rel=